Une infection ostéo-articulaire est une infection qui touche un os ou une articulation.

Sa fréquence est rare mais son éradication difficile. L’infection ostéo-articulaire est observée plus fréquemment chez les patients fumeurs, en surpoids, multi-opérés, porteurs de foyers infectieux (infection cutanée, dentaire, urinaire ou digestive, abcès…) ou porteurs de maladies associées (diabète, polyarthrite rhumatoïde, immunodépression…).
Elle peut survenir spontanément, par exemple dans le cadre d’une septicémie avec une localisation articulaire (arthrite septique), après une plaie profonde, dans les suites d’une fracture ouverte ou après un geste chirurgical avec ou sans mise en place de matériel (prothèse, clou, plaque, vis…).
Exemples :
- Arthrite septique (spontanée, après bactériémie, après infiltration, après arthroscopie…)
- Infection précoce ou secondaire d’une prothèse articulaire (hanche, genou, épaule, coude…)
- Infection après fracture (consolidée ou non)
- Infection d’un site opératoire avec ou sans matériel implanté

Le traitement de l’infection ostéo-articulaire est difficile car les antibiotiques diffusent faiblement dans les os et les articulations. De plus, en présence de matériel chirurgical (prothèse, clou, plaque, vis…), les bactéries se fixent sur ces matériaux et les antibiotiques restent inefficaces. Le traitement de ces infections requiert de façon quasi systématique l’association d’un traitement antibiotique à un traitement chirurgical concomitant.

Combien de personnes sont touchées par an?

En France, on relève aujourd’hui 2000 à 2500 cas d’infections ostéo-articulaires par an. La moitié des patients arrête son activité professionnelle à la suite d’une infection prothétique profonde. Pour l’autre moitié, l’arrêt de travail est, en moyenne, de deux ans.